• Bibliothèques,
  • Culture,

MASCAE PROJECT : DIY en temps de crise

Publié le 13 octobre 2021 Mis à jour le 13 octobre 2021

Dans le cadre de l'exposition Mascae qui se déroulera du 11 janvier au 18 mars 2022, les BU Lyon 3, lancent un appel à projet aux étudiants et personnels de l'établissement.

Pendant la période COVID, certain.e.s d'entre-vous ont réalisé des masques avec les moyens du bord en utilisant les élastiques de vieux vêtements, de vieux draps, et parfois aussi les jolis tissus destinés à vos cousettes.


Le projet Mascae consiste à collecter des témoignages et à réaliser une exposition avec des photos et des exemplaires de masques, ainsi que des maquettes montrant leur design.

L'idée est de rendre hommage à l'inventivité et au savoir-faire manuel de ces makeur.e.s qui, en faisant du hacking des objets les plus variés (taies d'oreillers, élastiques pour cheveux, papier four ...) ont réalisé quelque chose de précieux.



 
Et si votre masque aussi avait une histoire à raconter ?

Send us picture Pour participer à ce projet, c'est très simple : Il suffit de contacter Lionel Mignot de la Mission Culture de la BU Manufacture et de raconter votre masque ! 

Je me lance !

 
Le dispositif du projet Mascae : une image, une histoire
Le projet Mascae consiste d'abord en la publication - sur Facebook et Instagram - de photos de femmes (et, plus rarement, d'hommes) qui portent des masques artisanaux qu'elles ont elles-mêmes fabriquées.
L'objectif à terme est de réaliser des expositions avec ces photos et des exemplaires des masques, ainsi que des maquettes montrant leur design.

Le nom du projet "mascae" veut évoquer la composante fortement féminine de cette communauté de makeur.e.s. Du latin médiéval "masca", qui signifie sorcière, le projet vise à revendiquer la place des femmes dans un univers souvent considéré éminemment masculin, celui des makers.

Le projet a également une forte dimension internationale : il s'agit de publier des photos provenant du monde entier, pour mettre en avant l'aspect universel de la culture technique mais aussi des spécificités nationales éventuelles (matériaux, normes etc).


Des masques pour une exposition qui explore une multitude de questions tout azimut

A travers ces témoignages, il s'agit de se poser la question du lien entre la personnalité et le masque : que dévoile-t-on en se masquant ? Ils permettent aussi d'aborder la thématique du visage et du regard ou la question des différences culturelles et géographiques dans les pratiques de la couture et dans le traitement de la pandémie.

D'autres thématiques peuvent être dégagées autour du système économique du masque solidaire depuis le patron jusqu'à la diffusion et autour de la question de la substitution / détournement d'usages de matériaux et de processus de fabrication.