• Bibliothèques,
  • Culture,

A vos cartes ! (Dé)construire ses réprésentations

Publié le 25 octobre 2021 Mis à jour le 4 novembre 2021

Une introduction à la géographie des émotions

Un exercice de cartographie sensible
Les cartes sensibles réalisées par les étudiants du Master MEMED sont exposées à la cartothèque (Fini 3) de la BU de la Manufacture du 25 octobre au 22 décembre 2021.

Elles ont été présentées lors de l'édition 2021 du Festival International de géographie de St Dié-les-Vosges.

Anne Lascaux et ses étudiants Lorenzo Bigaran et Corto Crognier y ont animé l'atelier participatif "A vos cartes ! (Dé)construire ses représentations" , une introduction à la géographie des émotions".
Ces cartes sont le produit d'un travail de géographie des émotions.
Les étudiants y ont représenté cinq choses qu'ils aimaient dans le monde et cinq choses qu'ils voudraient voir changer.

A travers ce corpus on peut lire les préoccupations d'une jeune génération de géographes, telles que la question migratoire, les changements globaux, mais aussi des interrogations plus intimes et personnelles.
 
La géographie des émotions 
L'entrée des émotions dans le champs d'études de la Géographie ouvre de nouvelles perspectives à la discipline et contribue à des innovations méthodologiques (transcriptions graphiques, captations sonores, images ...). Des émotions comme la peur et la nostalgie ont montré l'importance de la dimension émotionnelle de notre rapport à l'espace.
 
Bibliographie 
 

►Anne Lascaux est professeure certifiée d'histoire-géographie, doctorante en géographie.

Thèse en préparation : Les « cultivateurs » du Comtat : insertion et pratiques de migrants marocains dans l’agriculture méditerranéenne.

[S]es travaux de recherche en géographie portent sur l’installation de migrants marocains dans l’espace agricole méditerranéen du Comtat (Bouches-du-Rhône et Vaucluse). Il s’agit d’étudier comment ces anciens ouvriers agricoles participent à des activités locales de production et de commercialisation des ressources agricoles au prisme d’un recours à des pratiques informelles.

Elle est membre de l'équipe EVS (Environnement Ville Société) UMR 5600 et du Laboratoire Junior Cinégraphies. Carnet Hypothèses : Cinégraphies.